A. W. Dänzer
La force invisible dans les aliments
Comparaison bio et non bio
Images de cristallisation issues des recherches du LifevisionLab de Soyana
Avec aperçu des aliments génétiquement modifiés
Avant-propos du Dr. Ruediger Dahlke
© 2019 Verlag Bewusstes Dasein, Schlieren-Zurich, Suisse
1ère édition en français 2019
Edition originale en langue allemande 2014

272 pages, 753 large-format illustrations 280x280mm, string
€ 25.80 / CHF 29.80 ISBN 978-3-905158-18-2




Vorwort-w200

 


DieStory-w200

 


DieStory-w200



Réserver

Ce livre vous informe en tant que consommateur du pouvoir caché des aliments et
vous encourage à utiliser votre liberté de choix lors de vos achats. Ce que vous trouverez dans ce livre ne signifie rien de moins qu’un progrès décisif dans la capacité de reconnaître la qualité des aliments : la qualité devient visible – pas seulement pour les experts, mais pour tout le monde!

Le fondateur et directeur d’une petite entreprise alimentaire suisse a passé de nombreuses années à une recherche sur
plus de 50 aliments biologiques et non biologiques dans son laboratoire créé à cet effet et en a publié les résultats dans ce magnifique livre illustré. Il a déclaré: « J’ai découvert que les aliments biologiques avaient une magnifique force de vie ou force de structure, qui est malheureusement généralement réduite, perturbée ou détruite dans les aliments non bio. Je pensais que c’était important et je voulais partager cette information avec vous pour que vous puissiez vous adapter en conséquence. »
À QUI S’ADRESSE CE LIVRE?
* À tous ceux qui mangent et qui boivent : ce livre peut leur être très utile.
* Aux consommateurs conscients : ce livre est un ouvrage de référence extrêmement intéressant.
* Aux personnes actives : ce livre est un outil extrêmement convaincant pour informer la famille, les amis et d’autres personnes sur des avancées réjouissantes et révolutionnaires et les inciter à faire des choix libres et personnels pour améliorer leur santé.
* À tous ceux qui travaillent dans les domaines de l’alimentation, la nutrition, la santé et la maladie de manière professionnelle, ce livre est un must en matière de formation continue personnelle.

CE QU’ILS EN DISENT…

« L’information et l’ordre dans les aliments – tous deux étroitement liés à la lumière stockée – sont la clé d’une vie longue et en bonne santé. On peut les goûter tous les deux, mais ils ne peuvent pas être détectés de manière scientifique. Ce livre nous aide beaucoup plus loin en rendant la qualité visible et en montrant joliment de quelle manière les aliments sont structurés. Les produits alimentaires biologiques se distinguent très clairement du chaos que l’on trouve dans les produits industriels conventionnels. Le lauréat du prix Nobel de physique lui-même, Erwin Schrödinger, a retenu la lumière stockée dans les aliments comme le facteur décisif de leur structure. La méthode de cristallisation présentée révèle l’ordre intérieur des aliments biologiques par de belles images qui s’expliquent d’ellesmêmes. Selon le lauréat du prix Nobel Ilya Prigogine, nous devons constamment maintenir l’ordre afin de pouvoir vivre et nous développer.  »
Extrait de la préface du Dr. Ruediger Dahlke , médecin, psychothérapeute et auteur
 » Ce livre est la plus belle reconnaissance de la grande réussite des agriculteurs biologiques. Il offre la perspective la plus prometteuse d’un avenir inspirant pour l’humanité.  »
Deeldar Sedjav , employé de l’UNICEF
“ Aucune allégation relative à la santé n’est aussi puissante que ces images. ”
–Guglielmo Andreon, graphiste
“Le plus beau livre d’art que j’ai jamais vu. L’art du Créateur, la plus haute lumière dans la matière s’y révèle. Le contraste, tout comme le drame du désastre provoqué par l’homme est grand.”
Roberto Boscaini, Fondateur de l’Atelier O2
“Un livre d’images plein de beauté et d’harmonie. Et ici, nous voyons clairement comme un contraste la lutte entre la vérité et le mensonge.”
Une nonne bouddhiste anonyme
“Avec ces images de cristallisation, on peut deviner l’essence de chaque aliment. Pour moi, c’est une grande expérience de pouvoir voir aussi directement les forces créatrices de la nature dans mes aliments. La profonde compréhension de la structure cristalline fascinante de chaque aliment éveille en moi un émerveillement plein de respect devant la perfection de la création. Un livre fascinant qui élargit l’horizon de la conscience et confirme une fois de plus l’importance des aliments biologiques dans la nutrition ! ”
Dr. med. Edmund P. Blab, médecin et auteur, Vienne


Contenu

Avant-propos / 4
L‘histoire / 6
Santé et paix / 8
Une nourriture saine / 13
Qu‘est-ce que le BIO ? Qu‘est-ce que le NON BIO ? / 14
Fonction, structure, beauté et santé / 18
La méthode Soyana / 24
Images de cristallisation / 28
la pomme / 30 les tomates / 88 le tamari / 140 les amandes / 196
e raisin / 34 le brocoli / 92 Soyananda / 146 les noix de cajou / 200
l’orange / 38 l’avocat / 96 les petits-pois / 152 les noisettes / 204
le citron / 42 le concombre / 100 les lentilles / 156 l‘huile de tournesol / 208
le kaki / 46 le chou / 104 le riz / 160 l‘huile de tournesol biologique
boissons au soja / 50 les épinards / 108 le blé / 164 à forte teneur en acides
le vin rouge / 58 l’aubergine / 112 les pâtes / 168 gras monoinsaturés / 212
le thé vert du Japon / 64 la courgette / 116 l’épeautre / 172 l‘huile de colza / 216
le café / 68 le céleri-branche / 120 l’orge / 176 l‘huile de noix de coco / 220
le cacao / 72 la laitue / 124 l’avoine / 180 l’alfalfa / 224
le sucre de canne blanc / 76 les haricots / 128 le millet / 184 le pissenlit / 228
les carottes / 80 les fèves de soja / 132 le sarrasin / 188 le romarin sauvage / 230
les pommes de terre / 84 le miso / 136 le maïs / 192 produits Soyana / 234
Les messages perceptibles des aliments / 244
L‘éducation de la conscience / 248
Que sont les aliments ? / 250
Le rôle de l’agriculture et de l’horticulture biologiques / 254
Est-ce vraiment bio ? Protection contre la fraude / 256
Le vrai coût des aliments / 258
Je voudrais m’adresser à vous / 260
Posters d’inspiration / pour expositions / 268


Avant-propos

L’information et l’ordre dans les aliments sont la clé d’une longue vie en bonne santé.

Je suis heureux de lancer un livre de nutrition qui commence par une philosophie de la vie. Pour moi aussi, « Die Schicksalsgesetze (Les lois du destin) » sont devenues le fondement vérifié du travail médical. L’interprétation clinique de « Krankheit als Symbol (La maladie en tant que symbole) » s’appuie sur cela et, dans l’esprit des vrais psychosomatiques, met l’âme devant le corps, mais prend cela très au sérieux, ainsi que son alimentation, avec un régime végétal sain « Peace-Food ».
Les études médicales ont peu apporté au domaine de l’alimentation – heureusement – parce que la plupart d’entre elles étaient fausses ou superficielles. La médecine conventionnelle
ne reconnaît que les aspects matériels, ce qui ne suffit que pour le comptage des calories. Elle ne tient pas compte de la qualité et ne peut donc pas distinguer entre les aliments biologiques et
conventionnels. Le domaine végétalien en pâtit souvent. La farine blanche et le sucre sont végétaliens mais pas sains.
Si vous ne comprenez pas la qualité d’un aliment, vous ne comprendrez pas sa fraîcheur. Les deux éléments sont cruciaux pour une alimentation saine. C’est très clair pour moi lorsque je travaille sur le « Geheimnis der Lebensenergie (Secret de l’énergie vitale) ». L’information et l’ordre dans la nourriture – tous deux étroitement liés à la lumière stockée – sont la clé d’une longue vie en bonne santé. Les deux peuvent être goûtés mais pas scientifiquement compris.
Ce livre nous fait avancer beaucoup plus loin en rendant la qualité visible et en montrant clairement un ordre enregistré
dans les aliments. La nourriture biologique est clairement différente du chaos que l’on trouve dans la nourriture industrielle conventionnelle. Le lauréat du prix Nobel de physique Erwin Schrödinger a lui-même déjà pris en considération la lumière stockée dans la nourriture comme facteur décisif de l’ordre.
La méthode de cristallisation présentée révèle l’ordre interne des aliments biologiques dans de belles images qui se passent d’explication. Le lauréat du prix Nobel Ilya Prigogine nous recommande de maintenir constamment cet ordre pour notre survie et notre développement.
Des chercheurs anthroposophiques ont déjà tenté de clarifier la qualité avec des images en cascade et des tests de cristallisation du cuivre. La méthode du laboratoire suisse de Soyana utilise d’anciennes méthodes spagyriques et révèle la qualité des aliments qui devient visible pour tout le monde. On voit au premier coup d’oeil les grandes différences entre les légumes conventionnels et biologiques. Même les tout-petits peuvent immédiatement reconnaître les belles images de plantes biologiques. Contrairement aux images de cristaux de glace d’Emoto, la méthode présentée ici est standardisée et exempte d’aléatoire. Elle convainc par sa simplicité et la beauté attrayante des images. Pour la première fois, la qualité biologique est ici clairement visible.

Dr. Ruediger Dahlke

Médecin, psychothérapeute et auteur


L‘histoire

Comment est né ce livre ?

Ce livre est précédé d’une histoire de 30 ans. Après avoir créé les premiers substituts de viande suisses à partir de 1981, la question s’est posée : quelle est la valeur réelle de la nourriture ? Les réponses à cette question ont mûri dans ma méditation quotidienne au fil des années et ont été éclairées par des dons intérieurs et supérieurs : les aliments sont la conscience. La pureté et l’amour sont les qualités les plus importantes pour ceux qui travaillent avec les aliments. Ensuite, dans les années 1990, les études sur l’eau d’Emoto nous ont montré qu’en dehors de la pureté de l’eau, la qualité énergétique et le contenu de l’information des aliments étaient très importants.
Afin de connaître ces caractéristiques importantes mais invisibles et d’améliorer les aliments Soyana, nous avons créé notre propre laboratoire de recherche sur la qualité subtile en 1996. Peu à peu, nous avons découvert non seulement comment animer l’eau de nos aliments, mais aussi comment harmoniser les espaces et les « influences » qui s’infiltrent dans les aliments, comme le courant électrique, le gaz et même l’air, afin de pouvoir créer une bonne qualité globale pour les aliments Soyana.
En 2000, à l’occasion du 20e anniversaire de Soyana, nous avons produit le film « Über-Lebens-Mittel, die vier Stufen der Soyana-Qualität » ( À propos de la nourriture, les quatre niveaux de qualité Soyana ), qui décrit en 40 minutes les quatre principes de qualité fondamentaux de Soyana : 1 ) Aliments végétaux, 2 ) issus de l’agriculture biologique, 3 ) avec bonne énergie subtile et 4 ) produits dans une bonne conscience. L’équipe Soyana
a présenté le film à nos clients lors de 100 soirées organisées en Suisse en 2001 – avec beaucoup de succès. Chaque soir, de nombreux clients me félicitaient d’une poignée de main chaleureuse et me demandaient de continuer notre travail exactement de la même manière. ( Vous pouvez maintenant voir ce film sur https://soyana.ch/ueber-soyana ).
Des milliers d’images LifevisionLab nous ont montré qu’il existe d’incroyables différences entre les différents aliments. Nous avons découvert de belles images gravement endommagées et j’ai remarqué qu’il y avait des liens avec la culture et les méthodes de traitement. L’idée est née de mettre ces images à la disposition des consommateurs afin qu’ils puissent prendre des décisions plus éclairées lors de leurs achats en magasin.
J’ai soumis cette idée à l’OFSP, car en Suisse, l’Office fédéral de la santé publique ( OFSP ) a réglementé la déclaration relative aux denrées alimentaires. J’ai demandé à mettre en place un groupe de travail chargé d’étudier en détail comment les aliments pourraient être étiquetés. J’ai présenté une documentation importante. La personne responsable était personnellement très intéressée, mais ne voulait rien savoir d’un groupe de travail, tant que « cette méthode n’était pas reconnue scientifiquement par le grand public ». Quand j’ai demandé ce que cela voulait dire, elle a répondu que l’OFSP ne pouvait travailler avec ce projet que lorsque des professeurs de l’ETH ( École polytechnique fédérale, aussi EPFL )
l’enseigneraient. J’ai été déçu, pensant que cela n’arriverait pas de mon vivant…

Le refus des experts de l’OFSP de discuter davantage de l’information des consommateurs m’a interpellé. Dans leur argumentation officielle, induire le consommateur en erreur est toujours la pire infraction – et à juste titre, mais ils n’ont pas abordé la question de savoir comment permettre aux consommateurs de moins être induits en erreur, comme ce qui se passe des millions de fois par jour. Je devais comprendre que, paradoxalement, les experts et les responsables de la qualité des aliments ne sont pas principalement intéressés par ce sujet, ils le sont davantage par le maintien d’un statu quo stable pour assurer leur propre position. La conclusion était que le seul moyen d’améliorer la qualité des aliments était d’ouvrir la voie aux consommateurs : seules les personnes concernées ont un intérêt, une motivation et le pouvoir d’améliorer les choses réellement. Les personnes concernées doivent être informées, car en fin de compte, ce sont elles qui décident, en fonction de leurs achats, de la production des aliments. J’ai donc été autorisé à faire cet ancien constat que seule une pression de ceux qui sont concernés pouvait améliorer les choses. C’est ce qu’on appelle une révolution du point de vue du statu quo, mais en réalité c’est simplement la mise en oeuvre d’une amélioration nécessaire dont le temps est venu.
La voie était donc claire pour moi : je devais écrire un livre pour atteindre le plus grand nombre de consommateurs possible. Il était également clair que je devais financer moimême ces recherches et les réaliser avec notre équipe, même si les projets de cette envergure étaient réalisés par des instituts avec l’aide de millions d’euros de subventions. D’autre
part, je suis reconnaissant que nous ayons pu mener à bien ce projet, même s’il a pris beaucoup de temps et d’attendre, avec d’autres travaux en avant-plan. Il est gratifiant de constater que des progrès inédits peuvent encore être accomplis par des particuliers.
L’intention de l’auteur est d’ouvrir une fenêtre sur une réalité qui a encore à peine été perçue. Cette fenêtre générera de nombreuses nouvelles idées et soulèvera des milliers de nouvelles questions qui, bien sûr, seront explorées et résolues. À la fin du livre, vous trouverez des astuces et de l’aide.
C’est un grand plaisir pour ces images d’inspirer de plus en plus de gens à prendre conscience de la beauté fantastique de la création et au fait que nous pouvons nous nourrir de la richesse de la beauté et de la santé naturelle des aliments – si nous nous comportons intelligemment.
– A. Walter Dänzer
Fondateur et directeur de l’entreprise
familiale Soyana et du LifevisionLab


À propos de l’auteur

Walter Dänzer est né en 1947, dernier de trois enfants dans une famille ouvrière d’un village proche de Zurich, où il vécut une enfance heureuse. Son père allait à vélo à son travail, chez Maggi, et fut conseiller municipal pendant de nombreuses années. Le plus jeune fils a étudié le droit et l’économie à l’Université de Zurich. Après l’obtention de son diplôme, il a rédigé une thèse de doctorat en tant qu’assistant de recherche en politique agricole et créé un groupe de travail interdisciplinaire sur l’économie, l’agronomie, la sociologie et la psychologie afin de concevoir une réorientation des politiques agricoles dépassées, loin de la chimie et de l’agriculture industrielle. Il rencontra de nombreux agriculteurs et fit connaissance de leurs problèmes. Dans sa thèse de 1974, il suggéra de centrer la politique agricole sur les objectifs en matière de santé et d’environnement en développant l’agriculture biologique, et en couronnant chaque année trois agriculteurs biologiques d’un prix, avec présentation d’un film à la télévision suisse. Cela créerait une forte demande d’aliments biologiques et inciterait ainsi de nombreux agriculteurs à passer à
autre chose. Malheureusement, la thèse de doctorat a été déclarée non scientifique et les connaissances interdisciplinaires ont complètement été étouffées. Déçu, il quitte l’entreprise et se rend dans les montagnes pendant deux ans.
Dans les montagnes, il a appris l’autosuffisance avec un groupe. L’expérience de la nature avec beaucoup d’exercices à l’air frais l’a conduit de la tête au coeur. Tout le monde apprit qu’il était nécessaire de travailler beaucoup plus sur soi-même. Il trouva son chemin spirituel à Zurich en hiver, puis retourna directement dans les montagnes pendant une autre année, cette fois-ci tout seul
sur un alpage à 1500 m d’altitude. La vie simple dans la nature et la pratique intense de la méditation lui ont donné une confiance fondamentale dans l’indestructibilité de la nature et une orientation pratique de son rôle dans la société.
Après trois années en tant que directeur des ventes et de la publicité chez deux éditeurs à Zurich, il fonda la société Soyana en 1981. Il fut le premier en Suisse à proposer des alternatives végétaliennes à la viande et il encouragea l’introduction du soja et du tofu grâce à un livre à fort succès et des centaines de cours de cuisine. Au cours de toute une histoire réussie qui se déroula
comme un livre d’images, lui et son équipe ont mis au point plus de 100 aliments biologiques végétaliens et les ont proposés aux détaillants suisses de produits biologiques. Les aliments biologiques innovants et de haute qualité de Soyana sont également de plus en plus demandés dans les pays voisins.
Inspiré et encouragé par son ami et maitre spirituel Sri Chinmoy, il a également été un chanteur dans sa vie spirituelle, en se produisant dans des centaines de concerts de musique dévotionnelle dans de nombreux pays, un conférencier qui s’efforça d’inspirer des chercheurs par des conférences gratuites et des cours sur la vie spirituelle, et enfin un athlète, qui, à 41 ans, réalisa son marathon le plus rapide en 2:31 – en se plaçant dans les 10 premiers sur 5000 coureurs.
En janvier 2013, il ouvrit The Sacred, le premier restaurant bio et végétalien en Suisse à Zurich, avec les Vegelati, une gamme variée de glaces végétaliennes biologiques de qualité suisse supérieure.